Sortie parisienne : « Des jouets et des hommes » au Grand Palais

Jeudi 29 décembre 2011, rendez-vous est pris au Grand Palais, pour exposition des plus originales (surtout en cette période de Noël), « Des Jouets et des Hommes ».

C’est une incroyable exposition où l’on prend beaucoup de plaisir à retrouver les jouets de notre enfance, de la poupée, au nounours, à la petite voiture.

Rien n’y manque, il y en a pour toutes les générations, tous les âges, et bien au-delà, puisque l’on peut y voir des petits jouets en pierre datant d’avant JC.

On y voit également, les jouets destinés aux Princes et aux Princesses, tout un univers.

Exposition "Des jouets et des hommes" au Grand Palais

Mille jouets de l’Antiquité à aujourd’hui réunis dans cette exposition, c’est un rassemblement exceptionnel et totalement inédit par son ampleur et son ambition : poupées antiques, poupées princières, Barbie, trains, avions, bateaux, ours de tous poils, automates presque vivants, jeux vidéos batailleurs, figurines en plomb ou en plastique, soucoupes volantes, arches de Noé et même un Père Noël dans un avion.

Des jouets et des hommes présente une histoire du jouet occidental et met en lumière son importance dans l’éducation de l’homme depuis sa naissance. L’exposition interroge les rapports ambigus que les enfants entretiennent avec la reproduction en miniature du monde des grands. Comment s’emparent-ils de cette réalité à leur échelle, toujours imaginée par des adultes ?

Comment les archétypes que sont les poupées, les véhicules ou les figurines de guerre évoluent-ils selon les époques ? Quelles sont les permanences en matière de mimétisme et les ruptures au cours de l’Histoire ? A-t-on toujours rêvé de devenir pompier ou maîtresse d’école ?

Au fil des salles, entre le rituel du don et le nécessaire renoncement à l’âge adulte, le visiteur est invité à découvrir ou à reconnaître des jouets attachés à plusieurs générations d’enfants. Le parcours de l’exposition est rythmé par différents chapitres dont voici quelques-uns des thèmes.

  • L’univers des animaux : L’ours en peluche, le cheval-bâton ou à bascule incarnent les animaux de l’enfance par excellence. Fermes, cirques et arches de Noé, qui abritent bien d’autres espèces, sont des ensembles indémodables du monde du jouet.
  • L’illusion de la vie : Les automates ou les jouets mécaniques – comme ceux de Fernand Martin qui anime un violoniste jouant éperdument de son instrument ou une portière qui ne pense qu’à balayer – fascinent par leur mécanisme et leur troublante illusion de vie. Les robots japonais en métal lithographié et les Robosapiens ou Roboraptor illustrent plus tard la foi naïve ou enthousiaste dans l’innovation technologique. 

    Cheval tricycle

  • Cheval tricycle, vers 1880-1900, collection les arts décoratifs, Paris © les arts décoratifs, photo Michel Pintado 
  • Jouets de filles, jouets de garçons : Depuis l’Antiquité, des rôles prédéterminés sont distribués selon les sexes, reproduisant des stéréotypes ancestraux. Le coeur de l’exposition bat entre les jouets de filles et les jouets de garçons. D’un côté le monde de l’intimité, de la maison et de ses poupées et de l’autre, le vaste monde peuplé de voitures, de trains, de bateaux, d’avions jusqu’aux engins de l’espace. Sans oublier la guerre dont les représentations enfantines sont en étroite relation avec les conflits planétaires qui se succèdent. Aujourd’hui, les conflits imaginaires, inspirés par l’Heroic Fantasy et la science-fiction, prennent la relève des anciens soldats de plomb, les jeux vidéo en étant le support de prédilection.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :